Éducation
Partager

ÉDUCATION

Pour un réseau d’enseignement à la hauteur du rayonnement de la France

Le réseau éducatif français est un des piliers de notre présence sur le continent sud-américain. En gestion directe, conventionnés ou partenaires, tous les établissements homologués permettent à nos enfants de bénéficier d’une éducation à la française dans un environnement biculturel et toujours plurilingue.

De Mexico à Osorno, ce réseau d’excellence accueille aujourd’hui une majorité de nationaux·ales et ne scolarise pas tou·te·s les enfants français·e·s. D’une part parce que les lycées français ne sont pas présents partout, mais aussi parce que le prix de la scolarité est un frein pour un nombre croissant de familles.

Le budget de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Étranger (AEFE), qui coordonne les établissements du réseau, baisse régulièrement depuis plusieurs années alors que le budget de l’éducation en France a été préservé, voire légèrement augmenté.

Ce désengagement financier explique en partie l’augmentation des frais de scolarité et les tentatives de déconventionnement, la crise du lycée franco-mexicain en est l’exemple le plus marquant. Il se traduit aussi par des inquiétudes légitimes des personnels détachés sur la gestion de l’indemnité spécifique de vie locale (ISVL), qui ne tient pas assez compte des contextes économiques locaux ; au Brésil par exemple, les résidents ont perdu jusqu’à 30% de leur pouvoir d’achat ces dernières années en raison de l’inflation.

Propositions

  • Promouvoir l’augmentation du budget global de l’AEFE dans un contexte de croissance constante des effectifs du réseau.
  • Encourager un rattrapage nécessaire des moyens à attribuer aux établissements conventionnés et/ou partenaires d’Amérique latine et des Caraïbes pour accompagner leur développement et renforcer la présence française sur le continent.
  • Augmenter le budget des bourses et réformer le barème d’attribution.

  • Créer une co-tutelle entre le Ministère des affaires étrangères et le Ministère de l’Education nationale afin que la scolarité des français de l’étranger bénéficie du même niveau de priorité que l’enseignement en France.
  • Soutenir les initiatives et nouer des partenariats avec des établissements publics pour encourager localement l’enseignement et la diffusion de la langue française (LabelFrancÉducation).
  • Accompagner matériellement les associations et les familles engagées dans les programmes FLAM (Français Langue Maternelle) pour les pérenniser, comme je l’ai fait.
  • Faire en sorte que le Gouvernement s’assure que les familles françaises installées à l’étranger bénéficient pour leurs enfants d’un prix adapté lors de l’inscription au CNED (Centre National d’Éducation à Distance), aujourd’hui élevé, et d’une meilleure adaptation de l’offre, avec le recrutement de « tuteurs CNED » là où il n’y a pas d’établissement.
  • Octroyer aux lycéen·ne·s français·e·s de l’étranger un Identifiant National Étudiant (INE), afin de faciliter leur retour ou leur poursuite d’études en France (AFFELNET, APB).
  • Organiser une grande conférence réunissant les acteurs de l’enseignement du français à l’étranger afin de faciliter l’arrivée des nouveaux·elles enseignant·e·s et de sécuriser le détachement des enseignant·e·s titulaires de l’Éducation nationale déjà en poste.
  • Encourager les jumelages et partenariats entre établissements français à l’étranger et établissements en France pour vitaliser la coopération éducative et offrir de nouveaux débouchés aux élèves.

 

TÉLÉCHARGER LE TRACT ÉDUCATION


  • Apportez vos idées

  • Votre avis compte. Apportez vos idées et construisons l’avenir ensemble. Pour cela je vous propose de me faire part de vos propositions, pour la planète, la France et nos compatriotes Français-es d’Amérique Latine et des Caraïbes.